Une tradition millénaire de Mahasiddhas

457_khyugpo_neljor_ph.jpgAu cours des Xe et XIe siècles, à l’apogée du bouddhisme en Inde et peu avant que les invasions musulmanes et la domination hindoue ne l’effacent presque, la tradition yogique se développa avec de nombreux grands maîtres accomplis (les Mahâsiddhas) tels Lûyipa, Tilopa, Nâropa, Maitrîpa, Saraha… Parmi eux, deux femmes extraordinaires attinrent le parfait éveil : Niguma et Sukhasiddhi. Il est même dit qu’elles reçurent les enseignements directement du Bouddha Vajradhâra, le bouddha primordial, essence de tous les bouddhas.

Tibétain contemporain de Marpa le traducteur (1012-1097/9), l’érudit-accompli Khyungpo Naljor (990-1139) fit sept voyages en Inde et au Népal à la recherche du Dharma authentique.
Il « reçut la transmission de deux Jnâna Dâkinîs, Niguma et Sukhasiddhi, qui  entendirent le Dharma de Vajradhâra directement. Il eut treize maîtres spéciaux, quatre maîtres sources (Vajrâsanapa, Maitrîpa, Râhula et le « Yogi Caché (tib: sbas pa'i rnal 'byor)»), etc. Il est le trésor qui reçut tout l’esprit de cent cinquante érudits-accomplis. »
Il obtint la capacité de manifester dans ses cinq chakras les corps de sagesse des déités des cinq tantras (tib : rgyud sde lha lnga) : Hevajra, l’ultime exposition de Tumo ; Chakrasamvara, l’ultime exposition du karma mudrâ ; Guhyasamâja, l’ultime exposition de la claire lumière et du corps illusoire ; Mahâmâyâ, l’ultime exposition du rêve ; et Vajrabhairava, l’ultime exposition de l’activité éveillée.
A son retour au Tibet, il fonda un monastère à Shang Shong dans le Tibet central. Ce fut son siège principal et il fut connu comme « le lama de Shang », ce qui donna son nom à la lignée Shangpa.

Quoique réputé pour avoir fondé des centaines de monastères et avoir cent quatre-vingt mille disciples, il ne transmit les enseignements de Niguma qu’à un seul de ses disciples, Mokchokpa (1110-1170). La lignée Shangpa est souvent désignée comme la « lignée secrète » parce que Niguma donna comme instruction à Khyungpo Naljor de ne transmettre l’intégralité des enseignements qu’à un seul disciple pendant les sept premières générations (commençant avec le Bouddha Vajradhâra et Niguma). De Mokchokpa, la lignée passa à Kyergangpa (1143-1216), Rigongpa (1175-1247) et Sangyé Tönpa (1213-1285). Ces sept premiers maîtres sont appelés les « Sept Joyaux de la tradition Shangpa » (tib : shangs pa rin chen rnam bdun).
Sangyé Tönpa fut le premier à transmettre l’intégralité des enseignements de la lignée largement. Le fait de garder la lignée secrète dans une transmission complète à un disciple unique à chaque génération avait pour but de la protéger de devenir une tradition monastique établie. Etant l’une des traditions les plus ésotériques, elle était destinée à être pratiquée plutôt que codifiée.
Sangyé Tönpa eut deux disciples principaux : Samdingpa Shönu Drub ( ?-1319) et Khedrup Tsangma Shangtön (1234-1309). Ce dernier eut ensuite trois disciples principaux : Jagpa Gyaltsen Bum (1261-1334), Müchen Gyaltsen Palsang et Khyungpo Tsültrim Gönpo.

Dans L’étendu du Sens Profond (tib : thang brdal ma), Jetsün Târanâtha (1575-1634) précise que :

« Khédrup Shönu Drup est celui qui mit vraiment par écrit les instructions.
Les enseignements de Khédrup Shangtön Tsültrim Gön furent mis sous forme d’instructions écrites par Khétsün Gyaltsen Bum, qui les confia ensuite à son examen.
Les paroles du maître Aï Sengé, versé dans les enseignements anciens, ainsi que celles de Trülku Rinchen Lodrö, furent écrites par Serlingpa Tashipel.
Mais les instructions des six yogas et des autres textes avec leurs pratiques furent dûment vérifiés en toute connaissance.
D’une façon générale, le plus grand mérite de la transcription écrite des instructions orales du cycle d’enseignement de cette tradition revient à Khétsün Gyeltsen Bum, qui, à lui seul, écrivit nombre de textes.
Ainsi, la transmission des enseignements dans notre tradition se trouve entièrement comprise dans les courants d’instructions de ces trois érudits-accomplis et est véritablement fiable.
Ses ramifications comprennent vingt-quatre lignées différentes, mais elles sont toutes incluses . »

Parmi les détenteurs ultérieurs de la lignée se trouvent des maîtres très célèbres comme Thangtong Gyelpo (1361-1464) à l’origine de la lignée proche, Künga Drölchog (1495-1566) à l’origine de la lignée très proche et Jetsün Târanâtha (1575-1634) qui ont eu une grande influence dans le bouddhisme tibétain et qui sont réputés pour avoir rencontré directement la dâkinî Niguma.
Bien que les enseignements Shangpa aient été tenus en grande estime et assimilés par de nombreuses écoles, la tradition elle-même ne s’est jamais développée en institution, possédant de grands monastères et utilisant le système de transmission des tülkus. Cela dit, au XIXe siècle ses enseignements étaient toujours pratiqués et transmis dans de petits centres de retraite à travers tout l’Himalaya. Jamgön Kongtrül collecta les transmissions survivantes et assura leur pérennité en les incluant dans son Trésor des Instructions Essentielles (tib : gdams ngag mdzod).
Par exemple, les écoles Sakya et Marpa Kagyü en ont incorporés certains. Tsongkhapa (1357-1419), fondateur de l’école Gélug, était aussi versé dans la doctrine Shangpa Kagyü.

Au XXe siècle, l’un de ses principaux détenteurs, Vajradhâra Kalu Rangjung Künkhyab (1904-1989), considéré comme une émanation de Jamgön Kongtrül Lodrö Thayé, lui permit de quitter le Tibet et de se diffuser largement à l’étranger. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, il fonda de nombreux centres du Dharma à travers le monde et plusieurs centres de retraite dédiés aux enseignements Shangpa. Il confia leur guidance spirituelle à certains de ses plus anciens disciples, parmi lesquels le principal fut Bokar Rinpoché (1940-2004) qui fut à la tête du monastère de Mirik (West Bengal, Inde).

Après le départ de Kalu Rinpoché en 1989, son tülku, Yangsi Kalu Rinpoché (né en 1990) hérita de ses monastères de Sonada et Salugara dans le nord de l’Inde. Les autres détenteurs actuels de la lignée Shangpa sont les lamas Rinpochés désignés par Vajradhâra Kalu Rinpoché.

Auteur: 
puntso
Date de publication: 
Jeudi 1 Mai 2014 - 17:45
Catégorie: 
Accès contenu: