Introduction générale

La tradition Shangpa Kagyü est née au Xe siècle avec deux jñâna dâkinîs Niguma et Sukhasiddhi qui transmirent leurs enseignements au Mahâsiddha Khyungpo Naljor.
Bien qu’étant une des huit lignées de pratique (tib : sgrub brgyud shing rta brgyad) de la tradition tibétaine, la lignée Shangpa Kagyü est généralement peu connue. Elle est souvent, à tort, considérée comme une branche secondaire de la lignée Marpa Kagyü (la célèbre lignée de Marpa, Milarépa, Gampopa et des Karmapas). Ces deux lignées eurent leur propre développement tout en demeurant proches dans l’histoire du Tibet.

La tradition Shangpa est une arborescence de lignées yogiques, non structurée en institution, chaque détenteur de la lignée développant son propre mandala de disciples. Tout au long de son histoire, la lignée Shangpa Kagyü est restée avant tout une lignée de pratique ignorant le pouvoir et les richesses. La plupart de ses détenteurs furent de grands yogis vivant en retraite qui attinrent tous les accomplissements suprêmes.
Elle eut peu de monastères, fut sans organisation hiérarchique et demeura une lignée « secrète » transmise de maître à disciple. A chaque génération plusieurs branches apparurent ; certaines s’éteignirent tandis que d’autres perdurèrent. De plus, elle fut souvent détenue par des maîtres d’autres lignées et écoles du bouddhisme tibétain.

Au XIXe siècle, alors qu’il restait peu de détenteurs de la tradition, les grands maîtres du mouvement rimay (tib : ris med) Jamgön Kongtrül Lodrö Thayé  et Jamyang Khyentsé Wangpo collectèrent et rassemblèrent les transmissions de ses différentes ramifications et ravivèrent la tradition.

Au XXe siècle, son principal détenteur, Vajradhâra Kalu Rinpoché (1904-1989), considéré comme l’émanation de l’activité éveillée de Jamgön Kongtrül Lodrö Thayé, répandit largement la tradition Shangpa à travers le monde. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, il fonda de nombreux centres du dharma et plusieurs centres de retraite dédiés à la transmission yogique Shangpa. Il confia leur guidance spirituelle aux aînés de ses disciples et héritiers dont le principal était Bokar Rinpoché (1940-2004).

Après le départ de Kalu Rinpoché en 1989, son tülku Yangsi Kalu Rinpoché (né en 1990) fut reconnu officiellement le 25 mars 1992 par le Kentin Chamgön Tai Situpa en la personne du fils de Lama Gyaltsen, neveu et assistant personnel de Rinpoché, et de sa femme Drölkar. Le jeune garçon naquit le 17 septembre 1990 au monastère de Samdrub Darjay Chöling en Inde.
Il hérita des monastères de Sonada et Salugara et est un détenteur actuel de la lignée de Vajradhâra Kalu Rangjung Künchab.
En accord avec l’esprit de transmission yogique, de maître à disciple, de la lignée Shangpa Kagyü, les autres détenteurs actuels de la lignée sont les Rinpochés et Lamas disciples de Kalu Dorjé Chang et reconnus par lui.

Même de nos jours la lignée Shangpa Kagyü reste relativement peu connue. Ses enseignements et pratiques sont presque exclusivement transmis dans les centres de retraite de trois ans Shangpa. Pourtant elle reste très vivante en tant que tradition yogique complète.

 

Auteur: 
puntso
Date de publication: 
Vendredi 2 Mai 2014 - 10:30
Catégorie: 
Accès contenu: